Autorisation de sortie du territoire    /    Fermeture du secrétariat de Mairie    /    28 septembre 2017 - collecte de papiers à l'école de Chézy sur Marne    /    Nouvelles modalités pour les demandes de CNI et Passeports    /    USESA - surveiller sa consommation d'eau    /    

Les fermes

Le moulin d’Essises

C’est le plus récent de la vallée, il fut le dernier à écraser du grain pendant la deuxième guerre mondiale.MOULIN D'ESSISES

Il est entièrement restauré et fut transformé en auberge pendant quelques années.

Il renferme à l’intérieur sa roue à godets d’environ cinq mètres de diamètre qui, alimenté par la Royère, transformait et distribuait l’électricité – à bon compte – dans le village, par un système de dynamo et de batteries.
MEULES DE MOULIN

Il faisait fonctionner en outre, deux meules de grandes dimensions, un banc de scie, une râpe à fruits, une perceuse, un tour à bois, et surtout une batteuse fixe qui rendait service à tous les fermiers des alentours.

Oui ! tout cela avec simplement quelques renvois de courroies sur des poulies de différentes dimensions, et sans dépense d’énergie !

Tous les systèmes de poulies et d’engrenages sont encore présents dans le moulin.

La ferme des Caquerêts

Une des plus ancienne du hameau des Caquerêts, une partie de la grille en fer forgé l’entourant aurait plus de 100 ans, dans la salle de séjour une cheminée à l’âtre rustique est très particulière par ses moulures et ornements, il y en a deux autres identiques dans le hameau.

Lors de travaux de rénovation d’une cheminée, on y a découvert une pièce de monnaie en argent à l’effigie de Louis XIV, datée de 1677.

Il y avait dans le hameau des Caquerêts plusieurs artisans, un épicier, deux tisserands et un forgeron. Une autre ferme un peu isolée, entourée de bois, Marlevoux, avait appartenu aux Mentel, descendants de Jacques Mentel, médecin de la Cour sous Louis XVI.

Sous l’Empire pendant la Campagne de France, c’est dans cette ferme que logeait un officier Russe, le hameau était alors complètement occupé.

Monsieur Gaston Dartinet (historien local) avançait même que l’Empereur Napoléon 1er, après la prise du hameau, y aurait passé une nuit dans une bergerie, peut-être s’y est-il simplement reposé. Monsieur le Maire ne porte personnellement qu’un petit crédit à cette version. Monsieur Dartinet avait connu une époque ou l’on aimait se réunir le soir à la veillée, une fois chez l’un, une fois chez l’autre, les anciens racontaient et transmettaient les anecdotes aux plus jeunes. Son aïeul, Pierre Denis, né à Pompière en l’an 1818 (donc les faits étaient récents), se rappelait le père Bruneaux, Maire du village d’Essises en l’an 1814, qui aimait raconter sa visite à Napoléon qui déjeunait d’un poulet aux Champs Fleuris, le matin de la bataille.